Accueil > Les jeunes > Université > L’Université de Limoges vice-championne de France (màj le 06/04/2015)

L’Université de Limoges vice-championne de France (màj le 06/04/2015)

lundi 6 avril 2015 par Le Tché (WM)

Le Championnat de France Universitaire (individuel et par équipe), Trophée BNP Paribas, a eu lieu ces 28 et 29 mars à l’ENSAM (Ecole Nationale des Arts & Métiers) de Châlons-en-Champagne. La compétition s’est disputée en 9 rondes (15 min + 5 sec./coup) et a réuni 32 étudiants.

Ceux de Limoges étaient présents pour défendre leur titre acquis l’an passé. Malheureusement, premiers ex aequo avec Strasbourg, ils devaient se contenter du titre de vice-champions de France, après départage, ce qui reste une performance tout à fait honorable !

Au niveau individuel, nos représentants finissent :
- Emmanuel Viers : 6è (6 pts/9)
- Matthieu Viers : 8è (5,5 pts/9)
- Henri Sélébran : 12è (5 pts/9)
- Thomas Sauviat : 13è (5 pts/9)
- Réwi Budak : 14è (5 pts/9)

Le récit de Matthieu Viers

Championnat Universitaire 2015 à Châlons-en-Champagne :

- Chapitre I : L’intro
Ceci est l’histoire d’étudiants tous membres du LEC Echiquier Limousin qui sont partis de Limoges ce vendredi 27 Mars, aux alentours de 14h30, pour rejoindre la ville de Châlons en Champagne où se déroulait cette année le championnat de France universitaire. Ces valeureux étudiants prêts à parcourir la France pour ce tournoi sont au nombre de 5. Leurs noms ? Emmanuel et Matthieu Viers, Thomas Sauviat, Henri Selebran et Rewi Budak.

L’objectif est simple : conserver le titre de champion de France acquis l’an dernier par l’université de Limoges avec en plus cette fois-ci, cerise sur le gâteau, une qualification pour le premier championnat d’Europe universitaire en Arménie. Le championnat prendra place dans l’enceinte d’un bâtiment classé monument historique : L’école nationale supérieure des Arts et Métiers de Châlons en Champagne. Joli décor !
Notre équipe arriva tranquillement le vendredi soir, la veille du début des hostilités, afin de pouvoir être en pleine forme quand les choses sérieuses commenceront.
Le voyage fut long et quelque peu mouvementé, c’est pourquoi chacun aimerait pouvoir se reposer tranquillement.

- Chapitre II : L’arrivée
Premier problème : Il n’y a que des chambres de deux et nous sommes cinq, lequel d’entre nous n’aura donc pas à partager sa chambre (le plus chanceux) ? Et lequel devra faire chambre commune avec le fantasque Rewi (le perdant du jour) ? Le verdict tombe quand nous recevons les clés des chambres : Thomas gagne donc le droit de passer 2 nuits avec Rewi et Henri prend la chambre individuelle.
C’est donc après de longues discussions sur "qui prendra le lit du bas ?" que Thomas et Rewi vont se coucher.

- Chapitre III : La nuit
Anecdote plutôt amusante, nous ne nous attendions pas à être réveillé au milieu de la nuit (à peu près 2h du matin) par 2 curieux étudiants (de l’ENSAM) qui avaient sans doute un peu trop fait la fête (je dois admettre avoir une part de responsabilité dans cette visite ayant oublié de fermer la porte de notre chambre) et qui souhaitaient a priori en savoir un peu plus sur les raisons de notre présence dans leur école. L’un d’entre eux s’asssoit sur mon lit et me propose de discuter autour d’un verre, ce que je refuse naturellement car nous avons un tournoi à gagner, et surtout ce n’est pas vraiment l’heure de discuter. C’est ce que ce dit Rewi qui intervient avec autorité afin de les chasser. Nous pouvons donc retourner nous coucher.

- Chapitre IV : Le samedi matin
Réveil tranquille quelques heures plus tard, petite douche et petit déjeuner. A la suite de celui-ci, il est 11h et nous devons pointer avant midi, il y a encore le temps, mais un autre problème pointe le bout de son nez : deux de nos licences FSU ont disparu ! Celle d’Henri et celle de Thomas. Pour être plus précis. si pour Thomas, ce n’est pas bien grave étant donné qu’il possède un certificat qui lui permettrait de jouer, par contre Henri risque de ne pas pouvoir s’inscrire ! Nous ne blâmerons personne dans ce récit même si une scène durant laquelle "l’un d’entre nous" s’est emparé des licences, afin de faire une petite blague dont il a le secret, reste dans nos mémoires. Après une bonne demi-heure de recherche, nous nous sommes résolus à aller pointer malgré les licences manquantes. Nous remercions les organisateurs de leur compréhension devant nos explications. Une bonne chose de faite ! C’est l’heure du repas !

- Chapitre V : La première journée du tournoi
Après un petit coup d’oeil à la liste des inscrits, nous voyons que notre équipe a fière allure : 5 joueurs avec des elo compris entre 2070 et 2320 ! Autant dire que l’on ne nous prendra pas à la légère. Nos principaux rivaux dans la course pour le titre par équipe sont les universités de Strasbourg, Rouen voire Paris (si ils comptent l’Ile de France comme une seule université, ce qui n’est en réalité pas le cas). En revanche, pour ce qui est du titre individuel, la tâche s’annonce difficile à cause de la présence de 2 maîtres internationaux et de 2 maîtres fide, mais derrière tout reste ouvert. Nous faisons tous parties des meilleurs elo du tournoi, la première ronde devrait donc être relativement tranquille.
— Ronde 1 : Comme promis, les limougeauds sont reçus 5/5 lors de cette première partie, et ce, sans trop de difficulté. La prochaine partie devrait être d’un autre acabit.
— Ronde 2 : Les ennuis commencent avec (déjà !) un affrontement entre 2 limougeauds puisque je joue contre Manu, nous jouons sérieusement l’ouverture, et arrivons dans une position égale dans le milieu de jeu, il ne sert à rien de forcer et nous nous accordons sur une nulle afin de garder toutes nos chances pour la suite. De plus ce match nul devrait nous permettre d’éviter de jouer les forts joueurs tout de suite. Thomas joue celui qui est théoriquement le meilleur strasbourgeois et ne peut faire mieux qu’annuler lui aussi. Pour Rewi et Henri, les choses sont plus difficiles puisqu’Henri doit se défendre contre un MI et Rewi contre un joueur avec un elo lent à plus de 2200. Ils doivent s’incliner tous les deux.
— Ronde 3 : L’objectif de notre match nul fraternel est presque atteint puisque je joue contre un 2030 et que je l’emporte sans grosses difficultés, par contre Manu a hérité de l’adversaire annulé par Thomas précédemment et s’incline après une erreur de calcul qui lui coûte la partie. Rewi joue un 1600 et gagne sans problème, contrairement à Henri qui doit souffrir un peu avant de réussir à prendre le dessus. Thomas joue contre un maitre fide, rate un coup gagnant dans le milieu de jeu, mais annule tranquillement la finale. Belle perf !
— Ronde 4 : Rewi fait le yoyo, il enchaîne petits puis gros elo, face au champion de France universitaire individuel en titre, il doit s’incliner après s’être perdu dans les complications tactiques. Je joue moi aussi un fort adversaire (Maître International) et dois m’incliner après une petite erreur de calcul qui me coûte un pion. Thomas est archi-gagnant et décide de transposer tranquillement en finale mais oups, il a transposé dans une finale nulle ! Un demi-point de perdu, pas très grave mais rageant. Manu joue contre un 2070 il se prend une fourchette mais a un beau contre-jeu grâce à ses pions passés à l’aile dame, son adversaire ne prend pas de risque et répète la position. Henri joue lui contre un 1590 et parvient à le battre dans la difficulté. Pour sa défense, il dit (je cite) : "ce 1500, ça ne m’étonnerait pas qu’il soit 2100 en lent", son excuse habituelle.
— Ronde 5 : J’ai pas de chance et j’enchaîne les forts joueurs. Cette fois-ci je perds contre celui qui avait battu Rewi 3 rondes plus tôt. Manu joue contre une 1600 et s’impose, Rewi en fait de même contre un 1900 alors que Thomas souffre contre un non-classé, il a une finale clairement perdante, mais son adversaire s’effondre et perd le fil, ouf ! Henri domine le champion en titre (une tour d’avance) mais doit subir une grosse attaque. Il reste calme et se défend parfaitement pendant une dizaine de coups, puis craque et perd. Dommage, une belle performance était possible !
— Ronde 6 : Dernière partie de la journée et Thomas et Henri doivent s’affronter, ils décident de faire nulle après une grosse partie d’attaque (vous n’avez qu’à regarder la partie dans la base si vous doutez de moi). Je m’acquitte tranquillement de ma tâche contre un non classé, Manu aussi contre un joueur à 2000. Rewi est en finale de paire de fous avec un pion de moins contre un maitre fide, il aura beau se défendre, la finale est perdante (même si il soutient le contraire).

- Chapitre VI : Petit bilan
Manu : 4/6
Moi : 3.5/6
Rewi : 3/6
Henri : 3.5/6
Thomas : 4/6 (et invaincu)

Nous sommes tous en bonne position et nous pouvons considérer que le job a été fait, il ne faudra pas faiblir le lendemain.
Le Maître International Adrien Demuth domine le tournoi sans partage. Il sera le prochain adversaire de Thomas, je jouerai pour ma part contre un 2140, Manu contre un 2230, Rewi contre un 2010 et Henri contre un 1399.

- Chapitre VII : Soirée détente
Petite simultanée organisée par le club local où nous avons l’occasion de jouer face au double champion de France Junior, le MI Paul Velten.
Rewi perd, Manu annule, je le mate mais il m’avait maté un coup plus tôt (grrr à un coup près !), Henri n’a pas le temps de finir sa partie (il faut aller manger !) et Thomas a préféré ne pas jouer.

JPEG - 65.1 ko
JPEG - 51.7 ko
JPEG - 62.3 ko
JPEG - 66.7 ko

Les discussions du jour concerne un point crucial : lequel d’entre nous sera "le cinquième" ? Petite explication : pour les résultats par équipe, ne sont comptabilisés que les résultats des 4 meilleurs joueurs de chaque université, en cas de titre (ce qui est pour l’instant bien parti), l’un de nous 5 ne serait, en réalité, pas vraiment champion de France. Les paris sont ouverts et chacun a son favori.

- Chapitre VIII : Grosse fin de tournoi
— Ronde 7 : Thomas ne peut rien faire et s’incline contre plus fort, Henri gagne sans problèmes, Manu s’incline. Rewi et moi ramenons chacun un point supplémentaire.
Au terme de cette ronde, nous avons 2.5 points d’avance sur l’équipe de Strasbourg, les Rouennais sont presque hors-jeu. Nous entrons dans le sprint final.
— Ronde 8 : Je tombe contre Rewi. Pendant ce temps, Henri annule un 2360, Manu bat un non classé et Thomas se fait maté à cause d’une inattention. Je finis par battre Rewi. Pendant ce temps, coup de tonnerre sur les premières tables avec les défaites de Bastien Dubessay et Quentin Loiseau, respectivement Maitres fide et international, contre des joueurs (extrêmement) moins bien classés. Le 1590 battu par Henri plus tôt dans le tournoi est effectivement en réalité un très fort joueur avec un classement rapide très bas (on se demande du coup comment Henri a pu faire pour le battre...).
A l’issue de cette ronde nous n’avons plus qu’un demi-point d’avance sur Strasbourg ! Rouen est complètement hors-course.
— Ronde 9 : Adrien Demuth assure son titre de champion individuel en annulant en 4 coups ! (....) contre le 1590 cité précédemment. Un résultat lourd de conséquences puisque cet étudiant est Strasbourgeois. Rewi bat une 1610 et Thomas un 2010, Manu et Henri s’affrontent : le résultat de leur partie n’est d’aucune importance pour l’équipe puisque dans tous les cas de figure, nous gagnons un point. Manu gagne donc après avoir tranquillement dominé la partie. Pendant ce temps, je joue à la table 2 contre un 2070, l’elo rapide de mon adversaire et le mien son semblable mais en lent près de 400 points nous séparent. En plus, de jouer pour l’équipe, je me retrouve avec un objectif individuel imprévu : en cas de victoire je peux me retrouver propulser à la deuxième place ! Je négocie mieux l’ouverture, mon adversaire se retrouve dans un gros zeitnot dès le 10ème coup avec en plus une position inférieure, il se défend bien malgré son manque de temps, me fait reculer et replace ses pièces convenablement, la partie est en train de m’échapper, je commence à souffrir et finis par me faire mater bêtement en ne voyant pas le réseau de mat qu’il était en train de monter.

- Chapitre IX : Grosse déception et fin de l’aventure
La déception est présente après cette défaite, il ne reste plus qu’à regarder les résultats des Strasbourgeois. L’arbitre compte les points et le verdict tombe : égalité !
Je l’avais dit, chaque demi-point était important, et en cas d’égalité, le règlement est clair : l’équipe avec la moyenne elo la plus basse est sacrée championne de France. Ce n’est même pas la peine de faire les comptes, leur meilleur elo de leur équipe est égale au plus bas de la nôtre. Nous sommes vice-champions, Strasbourg nous passe devant sur le fil, Rouen est troisième.

JPEG - 196.4 ko

Adrien Demuth est champion individuel après avoir largement dominé le tournoi.
La défaite est dure à avaler, mais nous devons rentrer et nous remettre de nos émotions du week-end.

- Chapitre X : Bilan
Manu : 6ème avec 6/9
Moi : 8ème avec 5.5/9
Henri :12ème avec 5/9
Thomas : 13ème avec 5/9
Rewi : 14ème avec 5/9

Matthieu Viers


Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

| Plan du site | Mentions légales |  RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
ZID du Limousin des Échecs (Fédération Française des Echecs)
Directeur de publication : S. TCHEFRANOFF